Les 2 minutes de la haine - Somnolences

by Les 2 minutes de la haine

/
  • Streaming + Download

     

1.
05:35
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.

credits

released November 1, 2014

Recording, mixing and mastering by Steve Ziane at Nat's house.
Avril 2014 / April 2014
Vinyle Available October 2014

tags

license

about

Walking is still honest records Berlin, Germany

Walking is still honest records is a label/distro established in 2011 in Andalusia, (south Spain). D.I.Y. project created with the idea of supporting projects I feel an affinity and/or friendship with. Music matters to me as also attitude does it. This is a label that releases mainly Hardcore-Punk related stuff, but I’m interesting in some other genres too. This is a non-profit project ... more

contact / help

Contact Walking is still honest records

Streaming and
Download help

Track Name: Qui (Intro)
Notre monde nous asservi de plus en plus nous poussant à collaborer avec le pouvoir. Tout n'est que poudre aux yeux, des instances politiques et hiérarchiques sous forme d'hologrammes.
Ces avatars sont faibles, entièrement destructible. Un autre monde est possible en ce retroussant les manches.
Nos visions sont entièrement régies par ce nihilisme que nous nous forçons à vivre chaque jour. Gardons le contrôle de nos vies, n'oublions pas que nous sommes tou(te)s les mêmes, personne ne vaut mieux qu'un(e) autre.
-----
Our world enslaved us more and more, urging us to collaborate with the power. Everything is only powder with eyes, political authorities and hierarchical in the form of holograms.
These virtual walls are low, completely destructible. Another world is possible, just believe in.
Our visions are completely governed by this nihilism which we forced to live every day. Keeping control of our lives, don't forget, we're all the same, nobody have better value than other.

----------
lyrics
Regardes et souris à ces pions, là pour te briser.
Là pour soutenir ce pouvoir en marche, et l'exécuter.
Faire face à ce mur vidé, de toute raison d'exister.
Acteurs, actrices de ce monde, leurs profits ne valent pas nos libertés.

Soit disant utopie, seulement respirer sans payer.
Sécher ces larmes creusant, nos jours progressivement.
Continuer à y croire.
Penser à demain et se battre.

Jamais nos âmes ne seront vendues à ces sbires, représentant la décadence.
Plus rien ne leur est dû.
Reprenons nos vies et détruisons les leurs.
Ouvrir ces âmes et les voir briller de mille feux.
Comme si cette vengeance était passage obligé.

Sans cesse y croire et ne plus jamais déchanter.
Roi, reine d'une histoire sans fin, où la couronne est dans le cœur.

Sans cesse y croire et ne plus jamais déchanter.
Sans cesse combattre, toujours remettre en question.
Track Name: Ne voit (de tout lacher)
Il est bien plus facile de faire mine de ne rien voir, et difficile d'avoir continuellement cette foi nous faisant avancer.
Regardons ces souffrances dans les yeux pour mieux les combattre.
-----
That's easier to be blind about everything, and difficult to have always this light for giving better of ourselves.
Let us look at these sufferings in eyes to fight them better.

----------
lyrics
Rempli d'espoirs et de passions
sans cesse cet exutoire, perdu.
Ce chemin, si lointain, fermé,
donnant juste envie de tout lâcher.
De tout lâcher.

Nourri d'images omniprésentes,
une interprétation dictée.
Juste assez pour vivre les yeux fermés
nous voilà enfin, réconfortés.
Réconfortés.

Ce bandeau nous masque mais nous arrange,
nous ne voyons que nos pieds.

Juste assez pour vivre les yeux fermés
nous voilà enfin, réconfortés.

Diktat imposé par nous-mêmes.
N'oublions jamais que dans nos poches sont les clefs.
Quelle porte, quel verrou, emprunter?
Emprunter.

N'oublions jamais, que dans nos poches sont les clefs.
Quelle porte, quel verrou, emprunter?
Emprunter.
Track Name: Pas la mort (la coupure)
Les lois ne sont qu'une façon comme une autre de nous contraindre ou de nous faire croire que certains problèmes, n'en sont justement plus. Rien ne change dans les esprits, devenant presque des barrières à franchir par plaisir de contradiction.
Les lois ne sont que des murs érigés dans le but de rendre possible l'injustice par le pouvoir, l'argent ou le privilège.
Elles ne sont que des excuses pour "justifier" leur prétendu morale, tout en les bafouant comme si elles n'existaient pas.
-----
The laws are only a way as other one to force us or to persuade us that certain problems, are not any more. Nothing changes in the spirits, becoming almost barriers to be crossed by pleasure of contradict.
The laws are only walls set up with the aim of making possible the injustice by the power, the money or the privilege.
They are only excuses "to justify" their claimed morality, while scoffing at as if they didn't exist.

----------
lyrics
Nous voyons bien, que les lois n'y changent rien.
Les esprits restent les mêmes, coincés dans un fascisme.
9 Décembre jour de "l'évolution",
qui restera l'ultime excuse.
Ils veulent le monopole,
religieux et ethnique.
Le monopole religieux et ethnique

Père de Vichy.
Fils de bourgeois Bordelais.

Nous voyons bien, que les lois n'y changent rien.
Les esprits restent les mêmes, coincés dans un fascisme.
9 Décembre jour de "l'évolution",
qui restera l'ultime excuse.
L'ultime excuse.
Track Name: En rose (L'éléphant blanc)
Un parallèle entre les projets inachevés permettant de blanchir de l'argent se basant sur la naïveté de l'espèce et l'éternel culte du paraître prenant le dessus sur l'être.
-----
A parallel between the unfinished projects allowing to clear some money basing itself on the naivety of the species and eternal cult of seem getting the upper hand over the being.

----------
lyrics
Sournois à en crever,
ignorons ce jeu et croyions ces si beaux discours.
Du tape à l’œil, du clinquant,
pour faire miroiter des diamants invisibles.
Si chères parures faites de vide.

POSEY!
Ton sourire brille, mais ta vie pue.

Exhibes le futile, tu brilleras pour les autres.
Pas pour nous!
Track Name: Est (Vol libre)
Nous cultivons une hiérarchie d'espèces qui est inadmissible. Pourquoi s'allier à certaines en décrétant que les autres sont tout simplement sur Terre pour notre confort, pour nos loisirs et notre santé?
Une poule, un lapin, un vison, une vache, un mouton ne méritent pas plus la torture qu'un chien, un chat ou un cheval.
Le spécisme est clairement encouragé par les lobbys agro-alimentaire et médical, sans but autre qu'économique.
-----
We cultivate a hierarchy of species which is inadmissible. Why become allied to some by decreeing that the others are simply on Earth for our comfort, for our leisure activities and our health?
A hen, a rabbit, a mink, a cow, a sheep don't deserve more the torture than a dog, a cat or a horse.
Speciesm is clearly encouraged by the food-processing, medical and aimless lobbies other than economic.

----------
lyrics
Ta naïveté te fait croire que nous sommes tous bons.
Jusqu'à ce moment où dépecé tu seras,
pour être mangé ou porté.
Ta vie sur un fil.
Pour eux tu n'es qu'objet.
Bon qu'à leur servir.

Avançons ensemble, patte dans la main.
Faisons tomber ces murs.
Avançons ensemble, patte dans la main.
Faisons tomber ces murs.

Spécisme, barbarie.
Manipulation d'une plèbe trop faible.
Track Name: Affecté d'un (Suicide à Vérone)
Notre joie de vivre est clairement chose égoïste. Vérone est la ville de Roméo et Juliette, du romantisme, de l'amour, notre mauvaise perception de l'amour, celle qui survit seulement dans les livres. La pauvreté et la solitude est excessive dans cette ville, car personne ne la regarde dans les yeux, juste là pour avoir des vacances de comédie pitoyables. Les yeux fermés, encore et toujours.
-----
Our happines is clearly egoist. Verona is Romeo and Juliet's town, of romanticism, of love, our wrong perception of love, only in books. Poverty and solitude is hugely excessive in this town because nobody look it, just for have pitiful comedy holidays. Closed eyes, again and always.

----------
lyrics
Ces murs sont vides, comme une image les représentants.

Il n'y a que des âmes errantes, ne prenant soin que de leur confort.
À leurs pieds des hommes et des femmes, perdu(e)s.
Le spleen comme philosophie.

L'envie d'en finir pour oublier ces couples pleins de bonheur.
Vouloir y croire, perdu d'avance.
Essayer de vivre, perdu d'avance.
Esquisser un sourire, perdu d'avance.
Seulement embrumé(e)s, mais perdu d'avance.
Un fossé que l'on creuse pour ne plus jamais voir.
Ni même la mort, ni même la vie.
Track Name: Daltonisme (Prions le bitume)
Prétendre une évolution par le passage des bulldozers et la destruction de notre chère Terre. Nous refusons cela. Illes veulent détruire nos poumons et notre cœur pour un prétendu bien-être général. Nous ne sommes pas propriétaire de l'environnement et nous ne le seront jamais, une feuille de papier ne justifie en aucun cas l'aspiration au pouvoir.
-----
Pretend evolution come by bulldozers and dear Earth's destruction. We refuse that. Their presence just want destruct of our lung and our heart for impose a speculation on general welfare. We arent' proprietary of the environment and we'll never be, part of paper' sheet don't justify our aspirations to the "power".

----------
lyrics
Prions le bitume de nous épargner,
de ne pas aimer sa sale face gisant sous nos pieds,
écrasant ainsi notre si chère nature
que l'on aimerait tant embrasser.
Course à la rapidité, jamais freinée.
Allons droit vers ce mur dressé.
Automatique moralité, prédestiné.

Allusion d'un énième souci, las, sans repères.
Vaincu trop facilement, comme si les bras tombés d'eux-mêmes.
Qu'une seule vision, la décrépitude.

S'enchainer à ses arbres, la seule solution.
Ne faire qu'un.
Saboter ces machines, outils destructeurs,
les réduire à néant.
S'oublier.
Sans visage, s'oublier daltonisme (Prions le bitume)
Track Name: Du coeur. (Nourrir ses rancoeurs)
L'habitus est censé décider pour nous de la place à laquelle nous allons vivre, grandir, roi ou servant. Servir ou profiter des avantages. Nous sommes, pour la majorité "délogé" au rang de servant, usant nos forces, espoirs et rêves revendiqués sur la construction d'un monde en perdition, seulement là pour nous occuper et nous asservir. Cette notion n'est présente que lorsque nous voulons faire partie de cette société ignoble. Le monde est ce que nous faisons. Le brouillard qui nous "protège" du monde extérieur est inoffensif mais peut nous aider.
-----
Our habitus is supposed to decide for us if we'll be king or servant. Serve or take advantage. We're for the greater part to delogate as servant, using our forces, hopes and claimed dream about the construction of a world in perdition, only there to occupy us and enslave us. This notion is present only when we want to belong to this vile society. The world is what we make. The fog "protecting" us from the outside world is only a harmless minder.

----------
lyrics
Respirer seulement cet air empli d'un poison innommable,
que notre servitude nous guide si là est le but.
N'en plus pouvoir, suffoquer, la vraie vie parait-il,
me disent plébéiens, plébéiennes volubiles.

Ne voir que l'espoir comme seul échappatoire.
Nourrir ces rancœurs à l'aube.

Ne voir que l'espoir comme seul échappatoire.
Et souffrir des déboires.

N'être qu'un pion interchangeable, d'une machine destructrice.
Ne voir en soit qu'un code barre, que les années vernissent.
Regard attristé, d'une conscience sans avenir.
Pieds et mains liés, pour jamais les unir.

Nos corps sont proches mais ne se rencontrent jamais.
Des survivances datant d'une autre vie, épuisée,
comme si nous n'étions que les ombres du contrôle,
prêt à s'abrutir et s'entretuer pour éviter la camisole.

Rien ne nous guide, rien nous dépeins,
qu'une chance infime d'en voir la fin.
Un brouillard épais s'abat sur nous.
Cette frontale éclaire avec un faisceau flou.
Rien ne nous guide, rien nous dépeins,
qu'une chance infime d'en voir la fin.
Un brouillard épais s'abat sur nous.
Cette frontale éclaire, pour nous.